Naviguer Le Bien-Être Mental En Tant Que Musulman

Depuis près de deux ans maintenant, nous avons traversé de nombreuses épreuves depuis l’émergence du défi sanitaire mondial toujours d’actualité : le Covid-19. Alors que le rythme de la reprise s’accélère avec la réouverture prudente et progressive des frontières physiques, cela ne signifie pas que nous sommes libérés des douleurs liées à la gestion émotionnelle de la pandémie.


L’une des principales préoccupations dont aucun d’entre nous n’est sorti indemne est l’apparition de la “fatigue pandémique”. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la fatigue pandémique fait référence aux “personnes … qui se sentent démotivées pour suivre les comportements recommandés afin de se protéger et de protéger les autres du virus”. Cela empiète sur la santé mentale où nous luttons constamment contre des sentiments et des émotions négatives qui pourraient très facilement nous submerger. Si nous ne restons pas vigilants, nous pourrions être enveloppés dans une bulle d’obscurité et de dépression.

Retourner à l’Essentiel

Nous sommes constamment tirés dans de nombreuses directions différentes en fonction de nos rôles et responsabilités familiaux et sociétaux uniques. Avant d’être pleinement capables de prendre soin des autres dans notre vie, nous devons nous assurer que nous allons bien. Commençons par nos habitudes quotidiennes.

Adoptez un régime alimentaire équilibré. Faites régulièrement de l’exercice. Dormez suffisamment. Vous avez déjà entendu tout cela ? En tant que musulman, nous avons également entendu ces conseils supplémentaires, la plupart du temps sans en connaître la raison : Effectuez les ablutions avant de dormir, surtout lorsque vous êtes confronté à une sorte de détresse, et dormez face à votre droite.

Ce conseil découle de l’émulation des habitudes de sommeil du Prophète Muhammad ﷺ. Comme raconté par Al-Bara ‘bin `Azib :


Le Prophète ﷺ m’a dit : ” Chaque fois que tu vas te coucher, fais des ablutions comme pour la prière, allonge-toi sur ton côté droit et dis ,

اللَّهُمَّ أَسْلَمْتُ وَجْهِي إِلَيْكَ، وَفَوَّضْتُ أَمْرِي إِلَيْكَ، وَأَلْجَأْتُ ظَهْرِي إِلَيْكَ، رَغْبَةً وَرَهْبَةً إِلَيْكَ، لاَ مَلْجَأَ وَلاَ مَنْجَا مِنْكَ إِلاَّ إِلَيْكَ، اللَّهُمَّ آمَنْتُ بِكِتَابِكَ الَّذِي أَنْزَلْتَ، وَبِنَبِيِّكَ الَّذِي أَرْسَلْتَ

“O Allah ! Je m’abandonne à Toi, je Te confie toutes mes affaires et je dépends de Tes Bénédictions avec espoir et crainte de Toi. Il n’y a pas de fuite devant Toi, et il n’y a pas de lieu de protection et de sécurité si ce n’est auprès de Toi, O Allah ! Je crois en Ton Livre (le Coran) que Tu as révélé et en Ton Prophète (Muhammad) que Tu as envoyé.”

[Sahih al-Bukhari, no. 247]

حَدَّثَنَا قُتَيْبَةُ بْنُ سَعِيدٍ، حَدَّثَنَا الْمُفَضَّلُ، عَنْ عُقَيْلٍ، عَنِ ابْنِ شِهَابٍ، عَنْ عُرْوَةَ، عَنْ عَائِشَةَ، أَنَّ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم كَانَ إِذَا أَوَى إِلَى فِرَاشِهِ كُلَّ لَيْلَةٍ جَمَعَ كَفَّيْهِ ثُمَّ نَفَثَ فِيهِمَا فَقَرَأَ فِيهِمَا ‏{‏قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ‏}‏ وَ‏{‏قُلْ أَعُوذُ بِرَبِّ الْفَلَقِ‏}‏ وَ‏{‏قُلْ أَعُوذُ بِرَبِّ النَّاسِ‏}‏ ثُمَّ يَمْسَحُ بِهِمَا مَا اسْتَطَاعَ مِنْ جَسَدِهِ يَبْدَأُ بِهِمَا عَلَى رَأْسِهِ وَوَجْهِهِ وَمَا أَقْبَلَ مِنْ جَسَدِهِ يَفْعَلُ ذَلِكَ ثَلاَثَ مَرَّاتٍ‏.‏

Complétez cette routine de sommeil avec les prières suivantes : sourate Al-Falaq et sourate An-Nas. Narrateur : ‘Aisha :

Lorsque le Prophète ﷺ se couchait chaque nuit, il avait l’habitude de réunir ses mains en coupe et de souffler dessus après avoir récité sourate Al-Ikhlas, sourate Al-Falaq et sourate An-Nas, puis de frotter ses mains sur les parties de son corps qu’il était capable de frotter, en commençant par sa tête, son visage et le devant de son corps. Il avait l’habitude de faire cela trois fois.

[Sahih al-Bukhari, no. 5017]

Parlons de moi, pour de vrai

C’est la première étape pour nourrir des esprits sains. Parlez-en à un ami, écrivez dans votre journal intime ou partagez-le sur votre compte Twitter. Videz votre sac. La première étape est généralement la plus difficile à franchir, mais elle en vaut la peine. Il faut s’aider en se débarrassant d’un certain poids émotionnel qui nous a épuisés émotionnellement et physiquement pendant si longtemps.

Cela va dans le sens de ce que l’OMS a identifié comme l’une des stratégies clés pour lutter contre la fatigue due à la pandémie : Reconnaître les difficultés et y remédier. Trouvez ce groupe de soutien dans votre communauté. Nous devons prendre conscience que ce que nous vivons peut très bien être unique pour chaque individu ; cependant, ces expériences sont partagées par l’oumma mondiale qui dépasse les frontières physiques et culturelles.

Validez nos sentiments et faites le pas vers la guérison émotionnelle. Demandez une assistance médicale professionnelle, si nécessaire. Consultez les groupes de soutien dans vos communautés.

Contextualisez vos bénédictions

La Finlande s’est, une fois de plus, imposée comme le pays le plus heureux du monde. L’une des façons dont les chercheurs en sciences sociales ont mesuré le concept insaisissable du bonheur est l’étude du soutien social, qui a un impact sur les risques pour la santé mentale en fonction de la façon dont les gouvernements réagissent aux crises, notamment à la pandémie. L’une des raisons qui a propulsé la Finlande au sommet est “le haut niveau de confiance dans la façon dont la pandémie de COVID-19 a été gérée”.

Toutefois, cela ne signifie pas que tous les Finlandais font du saut à ski dans les champs du parc national d’Oulanka, à Kuusamo, pour éviter la dépression, par exemple. Outre ce système de soutien gouvernemental tangible, une autre opinion a fait surface, selon laquelle “il faut donner un sens à sa vie” pour être vraiment heureux.

Un bonheur ancré dans une vie qui a du sens. Compliqué ? Oui. Une priorité ? Oui. Réalisable ? Absolument !

En tant que musulman du monde entier dans le climat actuel, notre sentiment d’être et de valeur est généralement lié à notre identité. Nous nous épanouissons dans un environnement qui offre des possibilités de croissance, non seulement pour nos amis et notre famille, mais aussi pour nous-mêmes. Trouvez votre passion et suivez-la. Que ce soit le bénévolat, la peinture ou l’apprentissage de l’islam, aucune passion n’est trop banale si elle vous fait sourire, vous apporte du bonheur, revigore votre âme et vous aide à trouver le bon équilibre dans la vie.

Le bien-être mental est quelque chose que nous devons constamment entretenir et ne pas nous laisser, et ne pas laisser les autres (psst ! partagez cet article avec quelqu’un d’autre et encouragez-le à faire de même), être emportés par la monotonie de la routine de la vie quotidienne. Nous méritons le bonheur par la paix de l’esprit.

Écrit par : Helmy Sa’at

Traduit par : Elyssa Faucher